Projets en autonomie recherches personnelles en arts plastiques

(actualisé le ) par Joël Auxenfans

En milieu de troisième trimestre, les élèves se sont vus devoir faire face à une question nouvelle : Chercher par leurs propres moyens, le principe d’un thème de travail personnel qu’ils mèneraient en autonomie jusqu’à la fin de l’année. Les contraintes que chaque sujet donne devaient cette fois être déterminées par l’élève lui-même, seul ou par petits groupes.
Résultat : Des pistes de travail souvent pertinentes, qui correspondent le plus souvent à des questions que la jeune personne se pose authentiquement, et auxquelles les urgences immédiates de la vie adulte laisseront par la suite rarement l’occasion de développer.
Permettre aux élèves d’acquérir un goût pour un travail non "rémunéré" ou "sanctionné" par une note, dépassant le cadre scolaire et reposant sur l’intérêt propre pour la personne des questions qu’il soulève, tel est l’objectif des projets de fin d’année.

Dans ce cadre, plusieurs travaux sont remarquablement aboutis ou bien touchent des enjeux de société importants. En voici quelques-uns :

Anne Élise Vilsain (3°3) a développé un travail sur la discrimination à partir de la couleur de peau (la mélanine). son travail s’est accompli sur les trois aspects du texte, du questionnaire, et du dessin.

Hannah Coote (3°3) a écrit un long texte fantastique à partir de l’idée d’un tableau acheté par hasard à une brocante, qui ferait basculer celui qui le regarde de près dans un autre monde où il y aurait une mission à accomplir. Ce travail sera affiché en format papier A3 dans deux salles du collège où séjournent les élèves, la permanence et le foyer. Ainsi la lecture sera possible à l’échelle d’un mur entier, conjuguant une intervention de littérature romanesque à une modification de la perception de l’espace architectural d’un lieu collectif.

Léa Belloune et Maureen Crete (3°2) ont repris une phrase rédigée dans leur carnet de correspondance, alors qu’elles se réfugiaient dans un un lieu du collège. Cette phrase et ce lieu deviennent l’enjeu d’une requalification. Ce projet sera installé in situ dans l’espace qui l’a inspiré.

Valentin Dore et Gauthier Poullin, en 4°5, ont abouti un travail d’affiche pour un évènement culturel parisien, "Paris manga". Le projet s’est renforcé progressivement. À partir d’une première idée, ils ont su produire une maquette utilisable presque telle pour une campagne de communication visuelle.