Peindre avec des mots (suite et fin)

(actualisé le ) par Joël Auxenfans

Les élèves avaient commencé leur travail en écrivant un texte décrivant une peinture imaginée, s’aidant d’une liste de mots de vocabulaire dédiés à la description des peintures. Cela leur a manifestement permis, pour certains, d’oublier certains stéréotypes ou habitudes machinales conservées depuis l’enfance (la maison avec les rideaux à carreaux, la cheminée qui fume et le soleil en haut à gauche, à moins que cela ne soit à droite).

La phase 2 a consisté en la réalisation d’une image à partir du texte. Soit leur propre texte, soit celui d’un ou une camarade. Les résultats sont souvent étonnants de précision, puisqu’il leur fallait « tenir » le programme descriptif qu’ils s’étaient imposés avec une certaine insouciance en écrivant.

Il y a aussi une qualité éclatante que l’on ne découvre que lorsque l’on en effectue la rencontre par son propre travail : celle de l’opposition texte image, le texte renforçant l’image et l’image renforçant le texte, comme cela s’est vu depuis les premier codex enluminés, en papyrus à l’antiquité, en parchemin au moyen-âge, puis pour finir en papier, dès le 8ème siècle dans la Bagdad Abbasside sur les bords du Tigre, et importé progressivement en occident où il fait son apparition peu avant la Renaissance, juste au moment de la naissance de l’imprimerie…

Autant dire, à la vue des travaux d’élèves, que l’amour du livre, de l’écrit autant que de l’image, a encore de « Très riches Heures » devant lui…

Mots-clés